Le planning du futur existe déjà et c’est tant mieux.

Un des plaisirs de l’été, c’est de (re)prendre le temps de lire. Autre chose que des mails. Surtout quand il pleut (ceux qui ont passé leur mois d’août sur la façade atlantique se reconnaitront).

La météo a eu le bon goût de nous faire tomber entre les mains 98% pure potato, un excellent ouvrage sorti l’année passée et qui retrace l’émergence du planning stratégique au sein des agences de publicité londoniennes des années 60.

En plus d’offrir des quantités innénarables d’anecdotes sur le métier et celui de la publicité en général, le passage ci-dessous a totalement flaté notre égo et la définition du planning stratégique que nous essayons de mettre en place chez Artefact/Netbooster :  

It is now neologistic “innovation agencies” - fueled by new technologies and data capture - that are really creating ground-breaking communications, new product development, new distributions strategies, and creating new business models with their clients. As a consequence they are more connected to the business effects of what they do, than advertising agencies can ever really hope to be.

 
image1 2.jpg
 
 
Rien ne nous excite d’avantage que d’aspirer à cette vision du métier.
 
De quoi rebondir sur une autre lecture d’été, identifiée au sein d’un livre blanc édité par the drum dédié à la programmatique et aux nouveaux enjeux de la création :
 
image2 3-1.png
 
Et vous, vous avez lu quoi cet été ?
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Sujet: Articles
Êtes-vous un padawan ou un jedi de la data ?
Sujets